04/02/2012

Parure de neige

P1040136.JPG

 Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige.

 [Christian Bobin]

28/12/2010

Supplique de l'arbre

IMG_2987.jpg

Homme!

 Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d'hiver,
L'ombrage ami lorsque brûle le soleil d'été.
Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table.
Je suis le lit dans lequel tu dors et le bois dont tu fis tes navires.
Je suis le manche de ta houe et la porte de ton enclos.
Je suis le bois de ton berceau et aussi de ton cercueil.
Ecoute ma prière veux-tu ?
Laisse-moi vivre pour tempérer les climats et favoriser l'éclosion des fleurs.
Laisse-moi vivre pour arrêter les typhons et empêcher les vents de sable.
Laisse-moi vivre pour calmer les vents, pousser les nuages
et apporter la pluie qui véhicule la vie du monde.
Laisse-moi vivre pour empêcher les catastrophiques inondations qui tuent.
Je suis la source des ruisseaux.
Je suis la vraie richesse de l'état.
Je contribue à la prospérité du plus petit village.
J'embellis ton pays par la verdure de mon manteau.
Homme, écoute ma prière
Ne me détruis pas!
[Texte ancien d'un sage indochinois]

08/09/2010

Que vais-je devenir ?

1209_IMG_0047.jpg

 Les mots sont comme les glands... Chacun d'eux ne donne pas un chêne, mais si vous en plantez un nombre suffisant, vous obtiendrez sûrement un chêne tôt ou tard.

[William Faulkner]

02/09/2010

N'oublions pas

0509__La Beek__DSCF3600.jpg

Oublier ses ancêtres, c'est être un ruisseau sans source, un arbre sans racines.

[Proverbe chinois]

16/04/2010

En suspens

1015_MLD_2140-border

Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient.

[Sénèque]

02/02/2010

Thuin : La Biesmelle

0292__Thuin : la Biesmelle (chantier naval)__DSCF0756-border

Oublier ses ancêtres, c'est être un ruisseau sans source, un arbre sans racines.

[Proverbe chinois]

10/12/2009

Aspect extérieur

0915__MLD_7181-border

Vous voulez savoir ce qui se passe à l'intérieur des choses et vous vous contentez de considérer leur aspect extérieur ; vous voulez savourer la moelle et vous collez à l'écorce.

[Franz Benedict von Baader]